fbpx

Comment lutter contre les maladies des tomates ?

maladies plants de tomate

Malgré son grand succès dans nos potagers, la tomate est une plante soumise à de nombreuses maladies. Qu’elles soient cryptogamiques, bactériennes ou virales, ces maladies affectent nos plants de tomates et peuvent aller jusqu’à réduire à néant les récoltes. Pourtant, des solutions et gestes de précaution existent pour prévenir ou s’en débarrasser. Planète Agrobio vous explique quelles sont les différentes maladies des tomates et quelles mesures appliquer pour cultiver les tomates efficacement.

Le mildiou de la tomate

Qui n’a pas été confronté une fois dans sa vie de jardinier au mildiou de la tomate ? C’est en effet la maladie prédominante sur ce légume.

Le mildiou de la tomate est une maladie cryptogamique due à Phytophtora infestans. Ses dégâts sont très importants, il s’attaque aussi bien sur les cultures de plein air et sous abris (serre, tunnel).

Les symptômes sont visibles sur les tiges en taches gris-brun d’aspect huileux, sur les feuilles en taches marron et d’un duvet blanc sur la face inférieure. Les fruits sont marbrés de brun, bosselés et deviennent durs.

Les périodes de pluie prolongée, l’humidité, l’arrosage et des serres mal ventilées favorisent son implantation et son développement. Elle est accentuée par une mauvaise aération (feuilles, distance entre les plants). Le mildiou apparait généralement de mai à septembre. Il est important d’appliquer des solutions en préventif afin de bloquer rapidement cet Oomycète.

Quelles solutions pour lutter contre le mildiou de la tomate ?

  • Éviter de mettre vos plantations de tomate à proximité de la pomme de terre où le mildiou est très présent.
  • Réduire la densité de vos plants. Au potager ou sous abri (serre, tunnel plastique). La distance entre les rangs conseillée est de 80 à 100 cm et de 50 cm entre les plants de tomates.
  • Éliminer les feuilles, fruits et débris contaminés.
  • Appliquer un traitement spécial Maladie des tomates préventif et curatif.

Maladie du botrytis (pourriture grise)

Le botrytis est dû à Botrytis cinerea. Appelé moisissure grise, ce champignon ubiquiste est très polyphage. On observe cette maladie dans toutes les zones du monde où est cultivée cette solanacée.

Elle se développe aussi bien dans nos potagers en plein air que dans les serres, tunnels plastiques où les attaquent sont les plus sévères, y étant plus généralement plus humide.

Cette maladie est favorisée par un air froid et humide, par des brouillards et les blessures lors des effeuillages, tuteurage. Ce champignon est très opportuniste et profite pour s’installer des effeuillages et ébourgeonnages pratiqués lors de la culture. Il colonise très facilement les tissus affaiblissant la plante.

Les symptômes sont visibles sur les tiges et les feuilles. On observe des taches et moisissures grises. Il est particulièrement redouté en provoquant des chancres qu’ils occasionnent sur les tiges des tomates. Il est à l’origine du dépérissement des parties distales en ceinturant la tige. Les pourritures sur les fruits sont aussi dommageables en cours de culture mais aussi pendant le stockage. 

Quelles solutions pour lutter contre le botrytis ?

  • Faire attention lors des opérations sur la culture. Travailler lorsque le temps est sec
  • Veiller à une bonne aération des abris (tunnel plastique, serre)
  • Appliquer un traitement lithothamme
  • Appliquer un traitement préventif et curatif

Nécrose apicale ou maladie du cul noir

La nécrose apicale de la tomate est en réalité un dérèglement physiologique du généralement par une alimentation en eau irrégulière entrainant une chute du taux de calcium des fruits. On observe d’abord l’apparition de cercles de couleur blanchâtre puis une pourriture sèche de couleur noire en dessous du fruit. 

Quelles solutions pour lutter contre la nécrose apicale ?

Maladie de l'oïdium

L’oïdium est dû à Leveillula taurica et Erisyphe cichoracearum. Cette maladie se développe dès le mois de juin lorsque les températures sont élevées et l’humidité de l’air est faible. Concernant les symptômes, on observe des taches poudreuses blanches sur la face supérieure des feuilles. Les feuilles jaunissent et se dessèchent.

Leveillula taurica est appelé oïdium interne. Il est présent en France où il est ponctuellement grave sous serres et tunnels plastiques, capable aussi d’infecter les tomates en plein air. Il peut provoquer des dégâts très importants et occasionner une perte de rendement. Il est également observé sur d’autres légumes comme le poivron et l’aubergine.

Nous pouvons également citer Pseudoidium neolycopersici. Appelé oïdium externe, il est bien différent de Leveillula taurica. Il se développe dans les cultures de tomate sous abris (tunnel, serre) toute l’année.

Quelles solutions pour lutter contre l’oïdium de la tomate ?

Nous conseillons d’utiliser un traitement en préventif dès la fin du mois de mai, en particulier si le climat est chaud et sec.

Maladie de la Cercosporiose

Appelé Cercosporiose, le champignon Pseudocercospora fuliginea est rencontré dans le monde. Il est surtout observé dans les cultures très humides et mal ventilées. Il est responsable également de la Cladosporiose noire (Cercospora leaf spot, blackleaf mold). Il n’est pas encore présent en France.

Quelles solutions pour lutter contre la cercosporiose de la tomate ?

  • Favoriser l’aération dans les serres ou tunnel plastique
  • Utiliser un traitement préventif et curatif

Maladie de la cladosporiose

Aussi appelée “moisissure olive“, la cladosporiose de la tomate est provoquée par le champignon Fulvia fulva. Ce champignon est très spécifique de la tomate et on le retrouve dans toutes les parties du monde et en particulier dans les zones de production humides. Cette maladie cryptogamique se rencontre principalement sous abri (tunnel pastique, serre) mal aéré mais aussi dans les potagers de plein air.

Les dégâts occasionnés par cette maladie et considérables. Il détruit le feuillage occasionné par ses épidémies et est à l’origine de baisse de production. On observe des taches jaunes qui s’élargissent sur la face supérieure des feuilles ainsi que par des feuilles vert olive sur la face inférieure.

Quelles solutions pour lutter contre la cladosporiose ?

  • Favoriser l’aération dans les serres ou tunnel plastique
  • Utiliser un traitement préventif et curatif

Maladie de l'alternariose

L’alternariose, provoquée par le champignon Alternaria linariae est l’une des maladies les plus fréquentes et présente sur tous les continents où l’on cultive les tomates. On la retrouve sous de nombreux climats, en zone de production tropicales, subtropicales et tempérées et même les rosées dans les régions semi-arides permet son développement.

Elle affecte plus particulièrement les tomates cultivées dans nos potagers en plein air et parfois sous les tunnels plastique non chauffés. Elle peut faire des dégâts considérables si les conditions climatiques (pluie, humidité) sont fréquentes et persistantes.

Nous observons des défoliaisons importantes à l’origine d’une perte de rendement mais aussi des fruits qui sont creusés et marqués par le soleil puisque les feuilles ne les protège plus assez du soleil. C’est une maladie très fréquente en France.

D’autres Alternaria s’attaquent à la tomate comme Alternaria tomato, Alternaria lycopersici

Quelles solutions pour lutter contre l’alternariose de la tomate ?

  • Traitement avec du lithothamme
  • Eliminer les débris, feuilles et fruits malades car l’alternariose est disséminée par le vent et la pluie.

Pourriture noire des fruits

Champignons responsables : Alternaria alternata, Alternaria tomato, Alternaria subtropica, Stemphylium botryosum, Ulocladium consortiale.

Alternaria alternata ,appelé communément pourriture noire des fruits. C’est l’un des principaux champignons responsables de la pourriture sur le fruit de la tomate.

Il est caractérisé par des altérations touchant les tissus prenant une teinte noire et se recouvrant d’une moisissure de couleur identique. C’est un champignon saprophyte et opportuniste que l’on rencontre dans tous les continents.

Ils sont très présents dans l’environnement des cultures et s’installent de plus en plus facilement sur les fruits au fur et à mesure que ceux-ci murissent. Leurs dégâts peuvent être très importants et affectent plus spécialement les tomates (fruit) cultivées à l’extérieur.

Maladie de la Fusariose

Due au champignon Fusarium spp, la maladie de la fusariose touche notamment les tomates. Elle se développe à des températures de 18° à 20°C et lors de stress hydriques. Elle attaque le système racinaire. On observe un flétrissement des feuilles devenant jaune puis un dessèchement complet de la plante jusqu’à la mort de celle-ci.

Quelles solutions pour lutter contre la fusariose ?

Quelles solutions pour lutter contre la fusariose ?

  • Utilisation d’un terreau sain et de qualité
  • Appliquer un traitement

Moisissure Penicillium sp

Appelé moisissure reconnaissable par sa couleur gris-bleu, il est très intéressant d’observer l’apparition de taches beiges brunes sur les feuilles à cause des aleurodes (mouche blanche) qui favorisent la venue de cette moisissure qui utilise la pupe d’aleurodes comme base nutritive pour se développer.

Elle entraine des pourritures gris-bleues sur le fruit de tomate, il est capable également d’attaquer les tiges de la tomate. Leur germination est optimale dans une atmosphère entre 20°C et 25°C et la croissance du mycélium s’arrête au-delà de 30°C. Nous indiquons que Penicillium epansum ne s’attaque qu’à des fruits tournants ou murs.

Maladie pourriture à Rhizopus

Cette maladie est causée par Rhizopus stolonifer. Nous observons une pourriture molle s’étendant rapidement sur les fruits matures essentiellement. Les tissus affectés se liquéfient et finissent par s’effondrer, la cuticule se fend. Des écoulements de jus peuvent être constatés. Le mycélium du champignon envahit les tissus, qu’une moisissure blanchâtre à grisâtre recouvre le fruit.

Maladie de la verticilliose

Appelé Septoriose, Septoria lycopersici est responsable de dégâts sérieux sur les feuilles et par la suite de brulures solaires sur les fruits.

Maladie du pied noir ou chancre

Appelé pied noir ou chancre, Didymella lycopersici est un champignon est présent en France où il s’installe dans nos jardins potagers en plein air et dans les serres et tunnels ou il persiste et se développe aisément.

Il peut entrainer de dégâts importants sur les fruits et les tiges de tomate.

Pourriture aigre

Appelé pourriture aigre, ce champignon levuriforme (Dipodascus geotrichum ou Geotrichum candidum) est associé à des pourritures ayant un aspect liquide sur les fruits, affectant surtout les tomates de nos potagers en plein air.

On observe des lésions humides et graisseuses apparaissant au niveau des blessures ou de la cicatrice pédonculaire des fruits. Ces lésions évoluent rapidement sur les fruits matures dont l’épiderme finit par se fendre occasionnant des écoulements de jus. Un mucus blanchâtre et dense recouvre parfois localement les tissus. On peut sentir une odeur acide caractéristique de cette pourriture. Les fruits verts sont aussi impactés mais finissent par connaitre le même sort.

Maladie de la Septoriose

La verticilliose est une maladie fongique provoquée par le champignon Verticillium dalhiae. Cette maladie peut affecter vos tomates et sévit à partir de températures allant de 16°à 20°C. Ce champignon est présent dans le sol et atteint les racines provoquant l’obstruction des vaisseaux conducteurs de la sève. On observe le jaunissement des feuilles et leurs dessèchements. La maladie progresse du bas vers le haut de la plante.

Quelles solutions pour lutter contre la verticilliose ?

  • Appliquer un traitement adapté
  • Fertilisation modérée

Conseils et solutions contre les maladies de la tomate

Lors de la plantation de vos plants de tomate en plein air ou sous serre, tunnel, bien les espacées pour favoriser l’aération et la ventilation.

Voici les produits que nous vous recommandons :

Nous conseillons d’associer ses deux solutions pour une meilleure efficacité pour combattre l’ensemble des maladies sur feuille et fruits en application préventive et curative.


Application pour 1 litre d’eau, multiplier les doses en fonction du volume d’eau utilisé : Chitosan liquide 10 ml + traitement bio maladies des tomates / 1 litre d’eau / 10 m²

-20%
Le prix initial était : 9,90€.Le prix actuel est : 7,92€.
-20%
Le prix initial était : 14,00€.Le prix actuel est : 11,20€.

Au même titre que les ravageurs des tomates, les plants de tomates peuvent être affectés par diverses maladies. Heureusement, des solutions naturelles et efficaces existent pour chacune d’elles. Nous rappelons cependant qu’il est préférable d’anticiper en appliquant des traitements biologiques qui vont venir renforcer les défenses des plantes.

Photo : Congerdesign – Pixabay