Comment traiter le mildiou ?

Bête noire du jardinier, le mildiou est une maladie malheureusement très répandue dans le jardin et le potager. Causes, symptômes, traitements, on vous dit tout sur ce fléau du jardin.

Qu'est-ce que le mildiou ?

Le mildiou est un terme générique comportant plusieurs pathogènes qui s’attaque plus particulièrement au feuillage des végétaux. On le retrouve principalement sur les solanacées (tomates, pomme de terre), les cucurbitacées (concombre, melon) sur les alliacées (oignon, échalote, ail, poireau, ciboulette) ainsi que sur les vitacées (vigne).

Bien qu’appartenant à des espèces différentes, tous ces mildious ont des biologies proches et les méthodes de lutte sont similaires et peuvent s’appliquer à toutes les cultures touchées par cette maladie cryptogamique. Passons en revue les différents types mildiou.

Le mildiou des solanacées (Phytophtora infestans)

Ce sont principalement la tomate et la pomme de terre qui sont menacées par cette maladie. Elle a un développement rapide et foudroyant qui amène une mauvaise conservation des fruits et tubercules, une baisse de rendement ou la destruction entière des cultures si aucune méthode de protection préventive et curative n’est prise.

Description

Cette maladie induite par le champignon Phytopthora infestans s’observe lorsque les températures sont comprises entre 17°C et 20°C et une forte humidité. Les climats océaniques et orageux sont propices à son développement. Les spores du mildiou sont également présentes au sol par l’intermédiaire de végétaux, reste de pomme de terre, feuilles qui sont transportées par le vent, la pluie et le matériel utilisé pour travailler la terre.

Symptômes

Le mildiou atteint l’ensemble de la plante, du feuillage aux tubercules. Sur les feuilles, on observe sur la face supérieure des taches brunes qui finissent par se dessécher, sur la face inférieure les taches s’étendent et laissent apparaitre un feutrage blanc. Sur les tiges, on note également des taches brunes entourant entièrement la tige provoquant leur cassure et l’affaissement de la plante. Sur les tubercules, apparaissent des taches brunes. La chair présente des zones marbrées de couleur rouille à texture fibreuse et granuleuse Sur les fruits, on observe des taches brunâtres déformées et bosselées partant du pédoncule.

Mildiou des Curcubitacées (Pseudoperonospora cubensis)

Les concombres et melons sont les principaux légumes atteints par ce mildiou mais certains sont un peu moins sensibles comme les courgettes, citrouille, potimarron, pastèque, courge.

Ce sont toujours les conditions climatiques qui provoquent cette maladie, des températures comprises entre 10°C et 25°C avec un taux d’humidité élevé.

Description

Cette maladie induite par Pseudoperonospa cubensis s’observe à partir de juin à fin août lorsque les orages d’été sont accompagnés de pluie. Ils sont propices à son développement. Les spores du mildiou (P cubensis) sont également présentes au sol par l’intermédiaire de végétaux, feuilles qui sont transportées par le vent, la pluie et les insectes.

Symptômes

Sur les feuilles, on observe des taches brunâtres virant au jaune délimité par les nervures. Elles finissent par devenir gris brun et se dessécher. Les fruits sont très peu touchés mais la production en est perturbée avec des fruits plus petits et de moindre qualité gustative.

Mildiou des Alliacées (Peronospora destructor et Phytophtora porii)

Ces mildious s’attaquent à des espèces différentes d’Alliacées. P destructor est présent sur l’oignon, l’ail et l’échalotte alors que P porii est présent sur le poireau et la ciboulette. Le manque de rotation des cultures au potager permet de maintenir la présence de cette maladie

Description

Le développement de la maladie est favorisé par un temps pluvieux ou très humide et des températures plus basses à l’inverse des autres mildious de 4 °C à 25 °C.

Symptômes

Sur les feuilles, on observe des taches allongées, décolorées, se couvrant d’un feutrage violacé (oignon). Des taches avec un blanchissement sur le limbe de la feuille sur le poireau.

Ces deux mildious altèrent le développement des cultures et le rendement de la production, surtout sur les cultures d’oignon, d’ail, d’échalote et deviennent plus sensibles aux attaques par les pourritures.

Mildiou des vitacées (Plasmopara viticola)

Ce mildiou s’attaque principalement à la vigne. C’est l’une des maladies les plus importantes provoquant des dégâts considérables sur les feuilles et peut entrainer la destruction totale des fleurs et grappes de raisin.

Description

Il apparait au printemps et peut s’étendre rapidement à la faveur des précipitations et des bouillards. Des températures supérieures à 11 °C suffisent ainsi qu’une humidité stagnante au sol lui sont également favorables pour se développer.

Symptômes

Sur la face supérieure des feuilles, on observe de petites taches brunes ou de couleur allant du vert au jaune. Sur la face inférieure, on remarque des taches blanchâtres qui se détachent facilement par grattage.

Comment lutter contre le mildiou ?

Il faut reconnaitre que cette maladie est l’une des plus répandues dans les potagers. Les méthodes de lutte que nous vous recommandons s’appliquent à toutes les cultures citées.

Des traitements naturels efficaces

Chez Planète Agrobio, nous avons recherché, testé et fabriqué des solutions naturelles et biologiques efficaces pour prévenir et traiter le mildiou grâce à une gamme de fongicides naturels. Ces traitements s’appliquent par pulvérisation de traitement sur les différents végétaux du jardin et du potager. Voici les produits que nous recommandons.

Nos conseils pour se débarrasser du mildiou

  1. Favoriser les rotations en évitant de remettre les cultures de même famille.
  2. Éviter que les feuilles restent trop longtemps humides par les arrosages
  3. Éviter une fertilisation trop azotée et excessive
  4. Diminuer la densité de plant afin de favoriser la circulation de l’air
  5. Éliminer les feuilles et les parties atteintes par le mildiou