Maladies des primevères

Maladies des primevères

Quelles sont les maladies des primevères ? Comment les identifier ? Quels traitements biologiques pour prévenir et soigner ces maladies ? Découvrez tous nos conseils pour garder en bonne santé vos primevères.

Les rouilles

Plusieurs maladies de la rouille peuvent affecter les primevères :

Rouille des primevères due à Puccinia primulae

Cette rouille offre trois stades successifs. Elle correspond premièrement à des écidies en forme de petites capsules blanchâtres à bord largement recourbé et incisé, disposées à la face inférieure des feuilles en groupes arrondis, allongés ou irréguliers et déterminant sur les feuilles par leur attaque des taches jaunâtres. Elles renferment des spores orangées. Deuxièmement, des urédospores, petits épars ou groupés en cercles bruns à spores brunâtres et ovoïdes, placés sous les feuilles. Troisièmement des spores à probasides, analogues aux précédents mais brun noir, souvent disposés en cercles concentriques et renfermant des spores cloisonnés, lisses et brunâtres.

Des Puniccinies, voisine de cette espèce, attaquent à d’autres primulacées : Puniccinia dubyi sur les Androsaces, Puniccinia soldanellae sur les Soldanelles.

Cette maladie n’est pas rare sur les primevères cultivées et sauvages (Primula acaulis, Primula elatior, Primula officinalis).

Uromyces des primevères

Cette maladie est due à Uromyces primulae-integrifoliae. Cette espèce, plus rare et plus spécialisé que la précédente, en diffère d’abord par ses écidies dont les bords sont obtus, entiers et non incisés, par l’absence de spores à urédo, par des spores à probasides souvent coexistant avec des écidies et ayant une prédilection pour les nervures le long desquelles ils s’agrègent en files. Ces derniers renferment des spores cloisonnées, verruqueuse et brunes

Ce champignon s’observe sur les Primula integrifolia et viscosa. Voisin de lui, signalons l’Uromyces apiosporus sur le Primula minima, l’Uromyces auricolae sur les Primula auricola et pubescens.

🌱 Comment lutter contre la rouille sur les primevères ?

On pourra préserver les primevères de l’attaque par les rouilles en utilisant des pulvérisations préventives et curatives de chitosan liquide et de traitement maladies des arbres et arbustes..

Pourriture grise (botrytis)

La pourriture grise sur les primevères est due aux champignons Slerotinia fuckeliana ou Botrytis cinerea.

Les primevères, principalement celles des serres, sont fréquemment la proie d’une grave maladie qui atteint également, avec les mêmes symptômes, les cinéraires, les pélargoniums, géranium, les cyclamens, les extrémités florales des chrysanthèmes et des rosiers, etc. On observe alors un brunissement des tiges, des pétioles et des feuilles, puis leur dessication et la chute de ces dernières.

Cette affection est due à l’action d’une moisissure, le Botrytis cinerea qui n’est que la forme efflorescence d’un champignon à réceptacle, une pezize, le Sclerotinia fuckeliana qui appartient au groupe des Ascomycètes.

Le Botrytis cinerea se développe à la faveur d’une température élevée et humide, conditions réunies généralement dans les serres. Il attaque non seulement beaucoup les plantes d’intérieur mais aussi des plantes potagères comme les tomates, céleris, pois, laitues, des arbres comme les figuiers, les citronniers et enfin la vigne dont il provoque la pourriture du raisin par les étés chauds et humides (pourriture grise de la vigne). Les rhizomes des bulbes, les racines des Bégonias, Canna, Jacinthes et Tulipe ne sont pas à l’abri de ses attaques.

Le mycélium de ce champignon forme des filaments dressés sur les parties attaquées, brunâtres à la base, ramifiés au sommet, dont les extrémités portent les spores appelées conidies.

Parfois, par suite d’une alimentation insuffisante, les filaments mycéliens s’enchevêtrent, se condensent et donnent naissance à de petits corps noirâtres, durs et arrondis, appelés Sclérotes. Soumis à une humidité et à une température favorable, ces sclérotes germent en donnant des pezizes, ayant la forme de coupes dont les faces supérieures et intérieures sont tapissées par les organes contenant les spores.

🌱 Comment lutter contre botrytis sur les primevères ?

Ce champignon est l’un des parasites les plus rebelles aux antiseptiques. L’action de la bouillie bordelaise sur le Botrytis est à peu près insignifiant. Par contre, le traitement bio maladies des arbres et arbustes avec l’argile bentonite sodique répétées deux ou trois fois sur les organes couverts de filaments donnent des résultats.

Maladie de la toile ou maladie des filaments blancs

On ne saurait parler du Botrytis sans citer la grave maladie des cultures sur couche appelée toile qui sévit dans les jardins, les serres et les couches. Elle apparait sous forme de simples filaments blanchâtres couvrant peu à peu le sol et y pénétrant, gagnant le collet et les racines des jeunes plantes. Ainsi le système souterrain de ces dernières, peu à peu envahit, ne joue plus son rôle essentiel et les primevères succombent par asphyxie.

Autres maladies parasites

Parmi les autres maladies auxquelles les primevères sont exposées citons celles causées par les champignons suivants :

  • Les Peromospora candida et Peromospora oertaliana, agents du mildiou du Primula officinalis, reconnaissable au duvet blanchâtre qui couvre partiellement les feuilles.
  • Les Ramumaria et Ovularia ( R. primulae, O.corcellensis et primulana) qui sont surtout des parasites secondaires qui se localisent sur des taches préalables.
  • Le Phylloticta : P. primulicola, un champignon provoquant des taches noirâtres sur les feuilles, diminue le développement de la plante.
  • Les Cercospora et Cercosporella : des maladies foliaires qui occasionnent des lésions importantes sur le feuillage des primevères.
  • Le Synckytrum aureum : verrues multicellulaires dures, nombreuses, hypophylles, jaune doré, d’une taille inférieure à 0,5 mm, généralement en groupes, sur les feuilles juste au-dessus du sol. Chaque galle est constituée d’une cellule centrale fortement élargie qui contient un seul sporange au repos, entouré d’un certain nombre de cellules moins fortement élargies.
  • Chytridiacée (Fusariose) qui cause une atrophie des parties foliaires qu’elle atteint.
  • Enfin maladie du charbon due à l’Urocystis primulicola, rencontré sur les fruits du Primula farinosa.

Quelles solutions contre les maladies des primevères ?

Pour une application performante sur les maladies citées dans l’article, nous recommandons une application en pulvérisation foliaire (sur les feuilles, tiges, boutons, fleurs) de la solution suivante :

Réalisez une préparation de 10 ml de chitosan liquide + 100 ml traitement bio arbres et arbustes ou traitement bio maladies des rosiers  pour 1 litre d’eau. Multipliez les doses en fonction du volume d’eau à appliquer.

Pour le Botrytis, appliquez en pulvérisation foliaire une préparation d’argile bentonite 20 gr + traitement bio maladies des arbres d’ornement ou traitement bio maladies des rosiers 100 ml pour 1 litre d’eau. Multipliez les doses en fonction du volume d’eau à appliquer.

Les traitements recommandés