Charançon gallicole du chou : dégâts et lutte biologique

charançon gallicole du chou

Connaissez-vous le charançon gallicole du chou ? Cet insecte coléoptère est un redoutable ravageur du chou. Les dégâts qu’ils occasionnent sont parfois confondus avec ceux de la hernie du chou. Si vos plants semblent affecter, nous vous proposons un guide pratique pour apprendre à identifier ce coléoptère, à mieux le connaître et des solutions biologiques pour lutter.

Description du charançon gallicole du chou

Le charançon gallicole du chou est aussi connu sous ses noms scientifiques Ceuthorrhynchus pleurostigma ou Ceutorhynchus assimilis. Il s’agit d’un insecte coléoptère d’origine européenne, appartenant à la famille des Curculionidae.

Quels sont les dégâts causés par le charançon gallicole du chou ?

Le charançon gallicole du chou cible les plantes de la famille des Brassicaceae. Citons parmi ses plantes hôtes le chou-fleur, le navet, le colza ainsi que d’autres variétés de choux.

Lors d’une attaque de ce coléoptère, des symptômes apparaissent, semblables à ceux provoqués par le champignon pathogène Plasmodiophora brassicae responsable de la hernie du chou. Cependant, si l’on coupe une hernie, on s’aperçoit le ou les orifices des galeries creusées par les larves de ce charançon qui se développent à l’intérieur des racines. 

Cycle de vie du charançon gallicole du chou

L’insecte adulte est un coléoptère gris noir de 2 à 3 mm de long environ. La femelle, armée de son rostre, force des trous dans les racines des crucifères pour y introduire ses œufs, à raison d’un œuf par trou. Chaque larve se nourrit aux dépens de la racine et par l’irritation des tissus qu’elle produit, détermine une galle.

Souvent plusieurs larves voisinent, les tumeurs qu’elles occasionnent parviennent à se rejoindre, à se couder, en formant des excroissances qui sur le navet par exemple et modifient complétement l’allure distinctive de la variété.

Au moment de se nymphoser, les larves abandonnent leur galerie et gagnent le sol d’où elles sortiront sous forme d’insecte. Un même insecte ne se reproduit qu’une fois dans l’année mais deux générations peuvent apparaitre, l’un en avril et l’autre en juin, de sorte qu’avec une seule génération par an, il y a deux époques d’éclosion.

En avril, les insectes qu’on voit sortir pondent en mai, la larve éclot de l’œuf peu après. Elle croit pendant une vingtaine de jours, atteint 3 ou 4 mm, sort de la tige, s’enfonce en terre et se métamorphose pour libérer, après une dizaine de jours de nymphose un insecte celui-ci subsiste en dévorant les feuilles de crucifères jusqu’en hiver. Il se réfugie ensuite en terre jusqu’en avril et de nouveau le cycle recommence.

En juin ou les insectes qui apparaissent pondent d’aout en septembre, les larves qui éclosent en quelques jours passent l’hiver dans le pied ou la racine de la plante et n’atteignent leur pleine croissance qu’au début du printemps. À ce moment, elles gagnent le sol et s’y nymphosent dans le courant de mai. Les adultes se montrent en juin pour donner naissance à une nouvelle génération.

Comment lutter biologiquement contre le charançon gallicole du chou ?

En prévention, nous conseillons les opérations suivantes :

  • À la mise en place, vérifiez si tous les plants ont leurs racines exemptes de hernie.
  • Arrachez les pieds qui en cours de végétation paraissent souffrir, et s’ils sont attaqués, les déposer à la déchetterie le plus tôt possible
  • Ne pas cultiver de crucifères 2 années de suite sur le même emplacement.

Traitements biologiques contre le charançon gallicole du chou

Nous recommandons aussi ces traitements en arrosage au sol contre ce ravageur du chou :

D’autres conseils sur les ravageurs des crucifères :

Photo : S. Marin