Comment planter et cultiver un pêcher ?

culture du pêcher

Retrouvez notre dossier sur l’arbre fruitier du pêcher. Informations, taille, entretien et traitement. Cet arbre populaire est apprécié des jardiniers qui le cultivent bien sûr pour son délicieux fruit, la pêche.

Le pêcher a fait l’objet de nombreuses recherches et de sélections que l’on retrouve sous forme de scion ou arbres déjà formés multipliés sur différents porte-greffes.

Description

Le pêcher (Persica vulgaris) est un arbre fruitier originaire d’Extrême-Orient. C’est dans la moitié sud de la France que l’on rencontre le pêcher depuis des milliers d’années.

Quel emplacement pour le pêcher ?

Dans les régions plus froides, il est important de bien choisir l’endroit le mieux exposé du jardin. Car bien que le pêcher résiste à des températures de -20°c sa floraison précoce peut être détruite par des gelées printanières. Ce qu’il faut surtout pour le pêcher, c’est une exposition chaude et abritée qui le protège de ces gelées tardives.

Quel sol pour le pêcher ?

Pour bien prospérer, le pêcher réclame des terrains légers, sains, frais et perméables. Il a besoin d’un sol riche en matières organiques pour donner les meilleures récoltes, sauf le pêcher de vigne qui s’accommode dans des sols calcaires et plus pauvres.

Quand planter le pêcher ?

Le pêcher se plante en automne ou printemps. C’est de fin octobre à fin mars qu’ils sont généralement mis en terre, en évitant évidemment les périodes de gel.

Les pêchers en conteneur pourront être plantés jusqu’en juin.

Comment planter le pêcher ?

Pour la plantation du pêcher, nous conseillons de creuser un trou de plantation avec un diamètre deux fois supérieur à celui des racines. Vous aurez praliné l’arbre au préalable, avant de déposer l’arbre et de reboucher avec de la terre de jardin complétée de l’amendement Humusol ou du lombricompost végétal arbre fruitier.

Pour plus de détail sur la plantation, nous vous conseillons cet article : comment planter un arbre fruitier ?

Fertilisation du pêcher

Une fertilisation d’engrais organique et une solution de purin d’ortie est nécessaire afin d’éviter des roubles de la nutrition sur les feuilles  (carence en fer).

Multiplication du pêcher

Le pêcher se multiplie par semis de noyaux faits aussitôt la récolte, ou stratifié à l’automne et semés en mars pour les arbres de plein vent qui ne réclament pas la fixité des caractères.

Pour les arbres de choix par greffage en écusson à œil dormant sur pêcher de semis dans le midi, sur Prunier de Damas ou Prunier Saint-Julien dans le nord de la France pour les terrains peu profonds ou humides ou sur Amandier.

Le Pêcher émet des yeux a bois qui sont pointus et des yeux à fleurs ou à boutons gros et ovoïdes. Ces yeux peuvent être solitaires ou réunis par deux ou trois. Généralement, ils se présentent réunis par trois et le plus souvent ainsi disposés : un œil à bois au milieu de deux yeux à fruits.

Comment tailler le pêcher ?

Le pêcher demande à être taillé la première année de sa plantation, ses yeux s’annulant facilement. De ces différents yeux naissent les différents rameaux, des rameaux à bois couvert d’yeux à bois sans aucun œil à fruit : taillez à cinq ou six yeux les branches faibles et deux à trois yeux les plus vigoureuses : veillez surtout à ce que les yeux de la base se développent dans le courant de l’été. Ce sont eux qui, peut-être, donneront des fruits l’année suivante. On y trouve des gourmands, très vigoureux, avec des petits yeux à la base et des bourgeons anticipés à son extrémité : taillez très court ce rameau à deux yeux.

On peut observer des rameaux appelés chiffon ou chiffonne. Ils sont minces, grêle, garnis de boutons à fleurs simples. Le plus souvent, le rameau chiffon n’a pas d’œil à bois à sa base mais, il en possède un à son extrémité. Ne pas le tailler si l’arbre est peu fertile ou le supprimer si l’arbre est suffisamment fertile. Les rameaux très court, couronné de boutons à fleurs avec un œil à bois terminal et un œil à bois à sa base.

Le bouquet de mai ne se taille pas. On éclaircit seulement quelques fruits. C’est la branche normale. Sa vigueur est moyenne. Elle porte des yeux à bois et des yeux à fleurs disséminés. On conserve sur cette branche trois à six boutons à fleurs suivant la vigueur de l’arbre. Le bourgeon à bois terminal, une fois choisi, sera par la suite pincé à quatre feuilles. Les bourgeons à bois, fixés au même point d’attache que les fruits sont pincés à trois ou quatre feuilles. Les bourgeons à bois qui n’ont pas de fruits à leur base et sont disposés au long du rameau sont supprimés. Les deux bourgeons à bois placés en bas du rameau sont conservés. Généralement, on n’en garde qu’un environ, simplement pour conserver en bon état leurs yeux de base. Ce sont eux qui produiront des fruits l’an prochain. Ce sont les branches de remplacement.

On appelle ainsi, un rameau ayant porté des fruits les années précédentes inséré directement sur la charpente. Elle porte à sa base des rameaux conservés comme une branches de remplacement. La coursonne tend toujours à s’allonger, aussi faut-il sans cesse chercher à maintenir le plus près possible de la branche charpentière.

La taille s’effectue de février à mars.

Le pêcher fructifie sur le bois qui a été formé l’année précédente : de même un rameau ne fructifie qu’une seule fois. Il faut donc toujours réserver à la base de chaque coursonne une jeune branche qui portera le fruit de l’année suivante. Il ne faut conserver sur chaque coursonne qu’un seul rameau devant produire des fruits. Au moment de la taille de mars, il peut se présenter trois cas

  1. La coursonne possède un seul remplacement. Elle est alors taillée immédiatement au-dessus du remplacement
  2. La coursonne possède deux remplacements et le remplacement et le replacement inférieur possède des fleurs. La coursonne est alors taillée comme si elle ne possédait qu’un seul remplacement.
  3. La coursonne possède deux remplacements dont l’inférieur n’a que des yeux à bois. Conserver les deux remplacements. L’inférieur est traité comme rameau à bois. Le supérieur sera supprimé lorsqu’on aura récolté ses fruits.

Le pincement de la première année, lorsque ces bourgeons sont développés, ils sont pincés à 0,35 m environ, ce qui correspond à peu près à huit ou dix feuilles. Les yeux de l’extrémité se développent alors fréquemment : ils sont pincés eux-mêmes à deux ou trois feuilles.

Quelle forme donner à son pêcher ?

Les meilleures formes à donner au pêcher sont les U simples en terrain médiocre, pour les petites formes, et les U doubles pour bonne terre et grands exemplaires. Les branches charpentières du pêcher doivent être distantes de 0,50 m, cet arbre demandant un espace assez considérable pour le palissage des rameaux secondaires. Les coursonnes se distancent de 0,15 m à 0,20 m sur les branches charpentières. Supposons d’autre part un prolongement âgé d’un an, nous lui avons supprimé la moitié de sa longueur. Vers la mi-mai, tous les yeux se développent. Tous ne sont pas nécessaires. Dès qu’ils ont 0,65 m supprimer ceux qu’on ne désire pas conserver. Les bourgeons conservés sont palissés des deux côtés, en arête de poisson.

Au cours de la végétation, éclaircir les fruits lorsque la production est au-dessus des forces de l’arbre. Effeuillez, c’est-à-dire enlever les feuilles placées au-devant des fruits, au moment de la maturité, ceci pour aider à la bonne coloration des fruits.

Quelles variétés de pêcher cultiver ?

Voici ci-dessous quelques variétés recommandées de pêcher : 

Pêcher Alexis lepère

  • Époque de maturité : fin aout – septembre
  • Qualité du fruit : gros, très bon, noyau non adhérent
  • Végétation de l’arbre : fertile et vigoureux
  • Formes à appliquer de préférence : espalier

Pêcher Amsden

  • Époque de maturité : mi-juillet
  • Qualité du fruit : gros , noyau non adhérent
  • Végétation de l’arbre : fertile et vigoureux
  • Formes à appliquer de préférence : espalier pour forçage, plein vent

Pêcher Baltet

  • Époque de maturité : mi-octobre
  • Qualité du fruit : gros, très bon , noyau non adhérent
  • Végétation de l’arbre : fertile et vigoureux
  • Formes à appliquer de préférence : plein vent

Pêcher Belle impériale

  • Époque de maturité : mi-septembre
  • Qualité du fruit : gros et très gros, noyau non adhérent
  • Végétation de l’arbre : très fertile et vigoureux
  • Formes à appliquer de préférence : espalier, et toutes formes espalier

Pêcher Bonouvrier

  • Époque de maturité : fin septembre
  • Qualité du fruit : gros, noyau non adhérent
  • Végétation de l’arbre : très fertile et vigueur moyenne
  • Formes à appliquer de préférence : espalier

Pêcher Galande

  • Époque de maturité : fin aout
  • Qualité du fruit : gros, noyau non adhérent
  • Végétation de l’arbre : fertile et assez vigoureux
  • Formes à appliquer de préférence : espalier

Pêcher Grosse mignonne hâtive

  • Époque de maturité : mi-août
  • Qualité du fruit : gros, noyau non adhérent
  • Végétation de l’arbre : fertile et vigoureux
  • Formes à appliquer de préférence : toutes formes et forçage

Pêcher Madeleine de courson

  • Époque de maturité : mi-août
  • Qualité du fruit : très gros, noyau non adhérent
  • Végétation de l’arbre : très fertile et vigoureux
  • Formes à appliquer de préférence : plein vent

 

Pêcher May Flower

  • Époque de maturité : juin – juillet
  • Qualité du fruit : moyen, très bon, noyau adhérent
  • Végétation de l’arbre : très fertile et vigoureux
  • Formes à appliquer de préférence : toutes formes

Pêcher Précoce de hale

  • Époque de maturité : juillet – août
  • Qualité du fruit : moyen, noyau non adhérent
  • Végétation de l’arbre : fertile et vigoureux
  • Formes à appliquer de préférence : toutes formes et forçage

Pêcher Salway

  • Époque de maturité : octobre
  • Qualité du fruit : très gros, noyau non adhérent
  • Végétation de l’arbre : fertile et vigoureux
  • Formes à appliquer de préférence : espalier exposition chaude, très bonne conservation 15 jours

Pêcher Téton de vénus

  • Époque de maturité : septembre – octobre
  • Qualité du fruit : très gros, noyau non adhérent
  • Végétation de l’arbre : fertile et vigoureux
  • Formes à appliquer de préférence : espalier exposition chaude

Nectarines ou brugnons (pêches, peau lisse et luisante)
cardinal

  • Époque de maturité : mi-août
  • Qualité du fruit : moyenne, noyau non adhérent
  • Végétation de l’arbre : fertile et vigoureux
  • Formes à appliquer de préférence : haute tige et espalier

Pêcher Galopin

  • Époque de maturité : début septembre
  • Qualité du fruit : gros, noyau non adhérent
  • Végétation de l’arbre : fertile et vigoureux
  • Formes à appliquer de préférence : espalier

Pêcher Lord Napier

  • Époque de maturité : mi-août
  • Qualité du fruit : gros, noyau non adhérent
  • Végétation de l’arbre : fertile et vigoureux
  • Formes à appliquer de préférence : espalier, forçage

Pêcher Précoce de Croncels

  • Époque de maturité : août
  • Qualité du fruit : gros, noyau non adhérent
  • Végétation de l’arbre : fertile et vigoureux
  • Formes à appliquer de préférence : espalier, forçage

Pêcher Violette

  • Époque de maturité : fin août
  • Qualité du fruit : moyenne, noyau non adhérent
  • Végétation de l’arbre : fertile et vigoureux
  • Formes à appliquer de préférence : toutes formes, exposition à l’est ou au sud