fbpx

Psylle : dégâts et traitements

psylle

Les psylles sont de petits insectes appartenant à l’ordre des hémiptères. Les adultes sont très actifs, ils possèdent des ailes membraneuses relativement grandes et des pattes postérieures fortes, adaptées au saut. Le réseau de nervures des ailes est caractéristique. Les larves sont souvent aplaties, en forme d’écaille évoquant une cochenille. Les psylles se déplacent généralement lentement. Elles sécrètent une cire blanche et rejettent un miellat avec l’apparition de fumagine. Certains psylles se développent à l’intérieur de galles. Ils sont associés aux arbres et arbustes d’ornement. Découvrons les différentes espèces menaçantes, les dégâts causés et les moyens de lutte biologique pour s’en débarrasser.

PSYLLES de la famille des Psyllidés

Psylles de l’Albizia Acizzia uncatoides

C’est un ravageur très important de l’Albizia. On observe sa présence par l’abondance de miellat sur les feuilles et sur l’ensemble de l’Albizia, parfois utilisé comme ombrage dans le jardin d’agrément.

Les psylles de l’Albizzia adultes ont des ailes reconnaissables avec des marques brunâtres ou grises et des veines jaune pale. Le corps varie du jaune pâle au vert, marqué d’orange-brunâtre ou marron foncé marqué de gris. Les œufs sont de couleur jaune à orange, leur larve principalement jaune pâle à orange jaunâtre ou jaune verdâtre avec une tête plus foncée avec des marques sombres sur le thorax et l’abdomen. Les yeux sont rougeâtres avec des antennes courtes à l’extrémité foncée.

La femelle du Psylle pond sur les bourgeons et le revers des feuilles Les œufs éclosent rapidement. Les larves à corps aplatis connaissent alors cinq stades avant de muer en adultes. Plusieurs générations se succèdent sur une année. En plus de la cire, ce ravageur produit d’importantes quantités de miellat sur lequel se développe la fumagine.

Les Albizzia infestés sont couverts de cire, de miellat et de fumagine. Leurs feuilles et leurs pousses sont décolorées et déformées. Une attaque peut amener à la chute prématurée du feuillage et à la mort des parties aériennes de l’Albizzia.

Psylles du buis Cacopsylla buxi

Ce ravageur est abondant sur sa plante hôte le buis (Buxus sempervirens). L’adulte a des ailes antérieures de 3 à 4 mm de long de couleur brillantes avec des nervures jaune-brunâtre. Le corps est vert clair a vert jaunâtre. Leurs larves sont de couleur vert jaunâtre à vert clair. Les antennes à leur extrémité sont de couleur noirâtre avec des yeux blanchâtre tirant sur le pourpre. Il n’y a qu’une génération par an. Les œufs passent l’hiver sur les pousses et éclosent au printemps. Les larves s’alimentent ensuite sur les jeunes pousses, à l’abri de celle-ci. On observe alors sur les nouvelles poussent déformées, des pustules appelées galles, de 10 à 20 mm de diamètre contenant plusieurs individus. Les adultes apparaissent à partir de fin avril, de mai à juin.

Les feuilles déformées ralentissent la croissance des nouvelles pousses et nuisent également à l’aspect esthétiques du buis. La quantité de miellat sécrété par le Psylle du buis et l’apparition de la fumagine (suie de couleur noir) inhibe la photosynthèse. On observe une déformation des feuilles, de couleur pale.

Psylles de l’Elaeagnus x ebbbingei Cacopsylla fulguralis

Le psylle de cet arbuste d’ornement possède des ailes de 2 à 3 mm de long de couleur gris, corps jaune verdâtre marqué de brun. Les yeux sont de couleur rougeâtre. La larve est de couleur jaune verdâtre ou jaune crème à brunâtre marquée de brun grisâtre. Les adultes et larves se nourrissent au revers des feuilles. Ils sont très actifs et se déplacent rapidement dès qu’ils sont dérangés.
Ils sécrètent une grande quantité de miellat recouvert de fumagine qui entrave la croissance de la plante. On observe une décoloration jaunâtre des feuilles entrainant leur chute et la mort des parties aériennes de la plante.

Psylles de la famille des Triozidés

Psylles du Laurier-sauce (Laurus nobilis)

C’est un des ravageurs du laurier-sauce. On l’observe souvent sur les plantes en pot.

L’adulte a des ailes de 2 à 2 mm de long, translucide avec des nervures jaunes. Le corps est de couleur jaunâtre – blanchâtre avec des marques brunâtres. Il possède des antennes longues et fines à l’extrémité de couleur noire. La larve est blanche jaunâtre avec des marques grisâtres recouvert de petite masse de cire blanche.

Les adultes hivernent sur le laurier sauce à l’abri des feuilles déformées. Au printemps, ils envahissent les nouvelles pousses pour s’alimenter. On observe alors un enroulement des feuilles du a la salive de l’adulte, fournissant un lieu idéal pour la ponte. Les larves mues et les adultes apparaissent vers octobre.

En cas de forte attaque, les dégâts sur les feuilles peuvent être très importants. Les feuilles brunissent et chutent prématurément. On remarque une quantité de miellat et l’apparition de fumagine provoquant le ralentissement de la végétation du laurier-sauce.

Psylle du Pittosporum Trioza viteoradiata

L’adulte du Psylle du Pittosporum est de 3 à 4 mm de long son corps est de couleur noir au vert-jaunâtre sa larve est de couleur verte aplatie et en forme d’écaille bordée de court filaments cireux.

La femelle du Psylle pond des œufs au printemps, qui éclosent après deux semaines. Les larves se nourrissent des jeunes pousses et passe par cinq stades de mue pour arriver à l’état adulte. Cinq générations peuvent se succéder dans l’année.

Il est noté dès l’apparition des Psylles du Pittosporum, la formation de galle en forme de cloque ou de sillon. Les jeunes pousses sont déformées et décolorées et infestées par le miellat et la fumagine.

Lutte et traitements contre les Psylles

La détection de Psylle s’observe par la présence de miellat et de fumagine. Il est important de traiter en amont quelques semaines avant la présence de l’adulte et d’inhiber la mue de la larve.

Les solutions naturelles utilisables en agriculture biologique pour éradiquer et contrôler les populations de Psylles sont les suivantes :

🌱La solution Planète Agrobio :

Additionnez 100 ml de purin de fougère + 100 ml de purain d’ail + 10 ml de savon noir (une cuillère à café) / 800 ml d’eau / m2 à traiter. Appliquer des pulvérisations de cette solution dès la présence du ravageur. A renouveler si nécessaire tous les 7 à 21 jours jusqu’à disparition des Psylles.

📷 Photo : Le Monde des ArthropodesLicence Creative Commons CC BY-NC-SA 2.0