Culture des agrumes appelés Citrus

culture des agrumes

Les agrumes du genre Citrus sont un ensemble d’arbres ou arbustes produisant des fruits tels que les citrons, oranges, mandarines, citrons, pamplemousses… Si vous souhaitez mieux connaître ces plantes et savoir comment les cultiver chez vous, nous vous invitons à découvrir ce guide complet sur les Citrus.

Description des agrumes Citrus

Les Citrus font partie de la famille Rutacées dans laquelle ils forment la tribu des Aurantiacées. Il s’agit donc d’un genre de plante dont les divers représentants sont des arbres ou des arbrisseaux pourvus ou dépourvus d’épines, à feuilles persistantes, composées, généralement unifoliolées, entières, coriaces, à pétioles ailés.

Les fleurs peuvent être blanches, parfumées, axillaires, solitaires ou groupées en cymes. La calice est cupuliforme à 3-5 divisions : corolle à 4-8 pétales épais, charnus, imbriqués. On peut compter de 20 à 60 étamines. L’ovaire est pourvu à sa base d’un disque en anneau. Style cylindrique terminé par une tête lobée. Les graines sont peu abondantes.

Espèces et variétés de citrus

Voici quelques espèces d’agrumes citrus souvent cultivées.

Citrus aurantium (oranger à fruit doux)

Originaire d’Asie tropicale, c’est un arbre de 4 à 5 mètres de hauteur dans nos orangeries, atteignant 8 et 10 mètres dans le midi de l’Europe. Les rameaux sont épineux, à jeunes pousses méplates vertes. Les feuilles lancéolées ont des pétioles ailés.

De mai en juin, nous observons des fleurs hermaphrodites, axillaires et terminales, blanches, odorantes. La calice est cupuliforme. La corolle possède 5 pétales charnus-linéaires, oblongs. Vingt étamines à filets sont unis par la base. Style cylindrique terminé par un renflement stigmatifère lobbé. Le fruit bacciforme, pulpeux, composé d’un nombre variable de loges (tranches d’orange) lesquelles contiennent un nombre également variable de graines à un ou plusieurs embryons.

On compte plus de 40 variétés d’orangers à fruits doux caractérisés tantôt par la forme de leurs feuilles, des fleurs ou bien par le pays d’origine. L’oranger doux est avant tout un arbre à fruit comestible. Cependant, on le cultive en pot dans les orangeries du centre et du Nord de la France pour la décoration des parterres et des terrasses pendant l’été. Nous verrons, en parlant de la culture que le C. aurantium est le plus rustique des orangers issus de graine surtout. Il peut supporter -6°C à -7 degrés.

Citrus aurantium nobilis (mandarinier, clémentinier)

Originaire de Chine, le mandarinier est une variété de l’oranger à fruit doux. Il en diffère par sa taille plus réduite, ses feuilles non ailées, lancéolées, très odorantes, ses fleurs blanches, en grappe terminales et son fruit (mandarine) petit, déprimé. La culture se fait en serre tempérée.

Citrus bergamia vulgaris (bergamotier)

Originaire d’Asie tropicale, il s’agit d’un oranger inerme ou peu épineux. Les feuilles sont grandes, ovales-arrondies, aigues ou obtuses. 0 pétioles ailé. Les fleurs blanches sont munies de 20 à 30 étamines, avec un parfum très développé. Les fruits sont petits, jaune pâle, piriformes ou arrondis, tantôt lisses, tantôt couverts de nodosités.

Cet agrume est surtout caractérisé par l’aspect des fruits et désignant souvent cet aspect par leur nom. Les fleurs de Bergamotier servent à la préparation de la fleur d’oranger. L’écorce du fruit fournit par expression l’essence de Bergamote.

Citrus bigaradia (bigaradier)

Le Citrus bigaradia possède des pousses vert tendre, épineuses, des feuilles larges et fortement ailées. Les fleurs sont grandes, blanches, très odorantes. Le fruit (bigarade) est globuleux, à peau jaune rougeâtre quand il est mur et couvert d’aspérités. Sa pulpe est acide, amère et immangeable. Le Bigaradier, qu’on appelle aussi Oranger à fruit amer, est considéré aujourd’hui comme une variété de l’Oranger doux, il possède tous les caractères essentiels.

Comme le C.aurantium, le Bigaradier renferme environ 30 variétés se distinguant par la forme du fruit, de la taille ou le pays d’origine. On le cultive dans les orangeries. Les feuilles du Bigaradier, ses fleurs plus odorantes, sont, plus que les feuilles et fleurs des autres Orangers, recherchées par la médecine et la parfumerie. Son fruit procure l’écorce d’orange amère.

Citrus decumana (pamplemoussier)

Originaire d’Asie, ce pamplemoussier n’est pas toujours épineux ; ses rameaux sont plutôt épais, pubescents à l’état jeune, portent des grandes feuilles, à ailes proéminentes, des fleurs grandes aussi, blanches à 4 pétales charnus et des fruits arrondis ou piriformes, volumineux, jaune clair. On le cultive en orangerie.

Citrus japonica (Kumquat)

Originaire du Japon. Il se cultive en serre froide. Arbrisseau ramassé, trapu à rameaux anguleux, épineux, portant des feuilles ovales aigués, ailées, des fleurs blanches, solitaires ou géminées, axillaires ou terminales et des fruits touts petits, gros comme une cerise, que l’on mange avec leur écorce.

Citrus limetta

Il est aussi originaire d’Asie. L’oranger Limettier n’est pas probablement qu’une variété du Bergamotier à rameaux plus grêles et plus épineux, a feuilles oblongues ailées, à fruit globuleux, jaune clair ; il compte un certain nombre de sous variétés.

Citrus limonium

Originaire d’Asie, c’est cette espèce qui produit des citrons. Ses pousses anguleuses, longues et souples, sont de couleur violacée à l’état jeune. Elles portent des feuilles ovales, à peine ailées, ou complètement dépourvues de ces appendices ; des fleurs teintées de violet ou de rougeâtre extérieurement des fruits ovoïdes, jaunes, terminés par un mamelon et munis d’une pulpe abondante, jaunâtre, acide. Rarement cultivé dans les orangeries, en horticulture, il est quelquefois employé pour le greffage des autres orangers sous ce rapport le bigaradier lui est supérieur.

Citrus lumia

Originaire d’Asie ce qui caractérise cet oranger prouve combien parfois, le titre d’espèce est donné à tort à certaines plantes. Ici, par exemple, nous avons affaire simplement à une variété du Citrus limonium ; l’Oranger lumiA n’en diffère que par la non-acidité de ses fruits. Une sous variété à fruit piriforme est appelée Lumie.

Citrus medica (citronnier)

Originaire d’Asie, le citronnier diffère peu du C.limonium dont il descend, ses fruits sont plus gros, mamelonnés, à écorce épaisse, verruqueuse, violacée à l’état jeune puis jaune quand le fruit est mur.

Multiplication des agrumes Citrus

Les orangers se sèment, se bouturent et se greffent.

Semis

Les semis ont le plus souvent pour but de procurer des sujets propres à être greffés et alors, ils sont faits préférablement avec les graines de bigaradier. On sème cependant aussi les pépins de cédratier et de citronnier, mais sur ces espèces, les orangers sont moins vigoureux, leur vitalité est moins grande. Quoi qu’il en soit, le semis est fait au printemps, sous châssis ou serre à environ 18°C, en pots ou en terrines, dont le fond doit être suffisamment drainé.

Les graines sont enterrées d’un ou deux centimètres dans du terreau. Après la germination et quand les jeunes pousses Oranger ont 2 à 3 feuilles, repiquez les plants les plus vigoureux un par un dans les godets de 6 ou 7 centimètres de diamètre. Placez ensuite sur couche de 15 à 18 °C et sous châssis, aérez plus ou moins après la reprise, dès les premières fortes chaleurs (mois de mai), arrosez copieusement.

En juillet-aout, rempotez dans des pots un peu plus grands et remettez les plants ou ils étaient sans les enfermer, toutefois, la reprise ayant lieu facilement, surtout si quelquefois des bassinages sont donnés aux feuilles.

Pendant la mauvaise saison, hivernez en orangerie ou en serre froide. De ce traitement, il faut, en général, une culture de 2 ou 3 ans pour obtenir des sujets susceptibles d’être greffés ; ils ont alors 60 à 80 centimètres de haut.

Greffage

On procède à différentes techniques de greffage.

  • En écussonnage
  • En demi-fente ou en incrustation, le plus souvent employé en horticulture.
  • ’opération se fait en février -mars.

L’opération se fait en février mars.

Composition du substrat

La composition spéciale des substrats pour les agrumes est faite à partir de terreau, d’amendement Humusol et de mulch d’ortie, ce dernier permettant de pallier les chloroses ferriques dont sont souvent atteints les agrumes. Une solution bio plus efficace et assimilable par la plante que les chélates de fer sous forme séquestrene.

Rempotage

Le rempotage dépend de l’âge des agrumes et de la richesse des substrats employés, et de l’application ou de la non-application des engrais liquides en arrosages. Nous vous conseillons vivement d’utiliser des engrais liquides comme engrais bio universel liquide, purin d’ortie et purin de consoude.

Les jeunes agrumes se rempotant tous les 2 ans environ et pour les plus âgées le rempotage se fera tous les 5 à 6 ans. L’époque la plus favorable pour le rempotage des agrumes est le printemps ; mars-avril quand la végétation commence à devenir active. Le mois d’aout a été aussi recommandé, soi-disant, parce qu’alors la sève élaborée, voyageant par tous les tissus, va provoquer, dans le sol, la formation des nouvelles racines.

Les agrumes sortis de leur pot ont leur motte réduite d’un tiers environ. Le pot qui doit les recevoir est drainé jusqu’à approximativement un quart de sa profondeur avec des bille d’argile ou tesson de pot de terre cuite, par-dessus le drainage. Il est étendu par lits bien tassés, une couche de terreau additionnée de mulch d’ortie (environ une à deux cuillères à soupe l’aide la poudreuse en fonction du sujet à rempoter), dont l’épaisseur est calculée de telle sorte que l’arbre étant posé dessus, la surface de sa motte vienne effleurer le bord du pot.

Le tassement préalable est nécessaire, si on ne le réalisait pas immédiatement, il se ferait par la suite et entrainerait les racines trop profondément dans le pot. L’oranger, mandarinier, citronnier, kumquat, pamplemoussier étant descendu dans le pot, préparé comme on vient de dire, il est placé bien d’aplomb, la tige exactement au centre, et de la terre neuve est glissée sur les côtés, entre les bords du pot et la motte réduite ; on tasse légèrement, plus tard, quand, à la suite du tassement, les agrumes sont suffisamment enfoncés par les arrosages répétés, le rempotage terminé, il est donné un arrosage assez copieux et des bassinages régulier (pulvérisation d’eau sur le feuillage).

On enlèvera les boutons floraux pour ne pas trop épuiser l’arbre.

Astuce Planète Agrobio pour le rempotage

Pour se rendre compte de l’état de son rempotage et au besoin d’un tuteur de bambou, celui-ci permet de voir si l’arrosage et le terreau sont corrects par l’apparition sur le tuteur d’une couleur plus sombre indiquant l’humidité du substrat.

Arrosages, paillage et fertilisation

Dès la mi-mai, les agrumes sont mis en plein air. À dater de cette époque, les arrosages doivent être plus fréquent et copieux. O

On leur administre des engrais bio de corne torréfié. On peut y mettre des paillage organique, miscanthus, plaquette de peuplier, fibre de peuplier, plaquette d’aulne, coque de cacao permettant de garder l’humidité pendant les période chaudes.

Tous les quinze jours, on applique avantageusement des arrosages d’engrais liquide comme l’engrais bio universel, purin d’ortie, purin de consoude ou l’engrais bio agrumes.

À partir de septembre, les arrosages deviennent modérés.

Culture hivernale des agrumes

Jamais nous n’attendons au-delà du 15 octobre dans certaines régions de France pour rentrer les agrumes et si le temps est froid, pluvieux, on n’hésite pas à effectuer ce travail dans les premiers jours de ce mois.

Une fois installées, ces arbres sont là pour 7 mois, aussi convient-il de les soigner d’une façon assidue, si on ne veut pas les voir dépérir. La température intérieure peut baisser momentanément sans que cela devienne inquiétant jusqu’à +5°C.

Les recours a des solutions d’hivernage avec les toiles Coverhotplant, toile d’hivernage spécialement conçu par Planète Agrobio en laine de mouton naturelle et biologique, recyclable dans les composts, celle-ci y apporte tous les éléments nutritifs pour un compost performant pour le jardin.

Les toiles d’hivernage permettent de protéger du froid les plantes tout en y laissant circuler l’air pour favoriser la couche protectrice contre les froids et gelées. Dans les serres, véranda ou orangerie, l’aération par l’ouverture des fenêtres sera réalisé chaque fois que le thermomètre extérieur ne se fera au-dessous de +8 C. On les laissera ouvertes, jour et nuit, à partir du 1er avril jusqu’au 1er novembre.

Les arrosages sont suivis, distribués tous les quinze jours, non pas d’une façon uniforme mais selon les besoins de chaque oranger, mandarinier, kumquat, pomelo, clémentinier, citronnier. Nous insistons beaucoup sur ce point de la culture, car si l’excès d’eau est un mal, le défaut en est un autre aussi grand. On voit, en effet, l’insuffisance des arrosages provoquer la chute des feuilles et amener leur dépouillement presque complet. Après l’hiver, l’eau est distribuée un peu plus abondamment et sur des durées plus courtes.

La taille

La taille des agrumes s’impose, sans quoi les branches finissent par s’allonger en poussent tellement grêles qu’elles ne peuvent plus se maintenir dressées. Au printemps, on doit raccourcir au moins tous les rameaux les plus longs, cela procure du reste une ramification plus nombreuse et un port plus touffu en tête. On recommande une taille plus vigoureuse des agrumes qui doivent être rempotés l’année suivante.

Maladies et ravageurs des agrumes Citrus

Pour découvrir les différents problèmes des agrumes comme les maladies ou ravageurs, nous vous propons des articles dédiés pour identifier les symptômes et trouver des solutions de lutte biologique.

Photo : Hans sur Pixabay